Espace de partage pour l’action
concertée en petite enfance

Avenir d'enfants

Blogue

Bienvenue sur le blogue d’Avenir d’enfants. Cet espace de discussion souhaite interpeller, mobiliser et inspirer ceux qui, jour après jour, par leurs actions, contribuent au mieux-être des tout-petits et de leurs familles (intervenants, accompagnateurs, professionnels, gestionnaires, décideurs ou parents-citoyens).

De la parole aux actes: un exemple inspirant

Publié par Patrick Paulin le dans Municipal

Récemment, pour me rendre à une réunion, j’ai eu la chance de covoiturer avec la mairesse de Chesterville, Maryse Beauchesne. Cette municipalité de 846 habitants, dont 25 % a moins de 15 ans, arbore un slogan évocateur: «Un village, une famille».

L’occasion était trop bonne de demander à Maryse ce que représentent les enfants dans son rôle de mairesse: «Les enfants? C’est la relève, le monde de demain, notre avenir!», me répond-elle.

Élue conseillère municipale en 2010, Maryse va doter sa municipalité d’une première Politique familiale municipale (PFM). Pour beaucoup de villes et villages, les PFM constituent une étape structurante, un levier de mobilisation permettant des actions concrètes favorisant le développement des enfants. Cependant, les petites municipalités se heurtent à la réalité des ressources limitées sur les plans financier, humain ou d’expertise. Avec des budgets annuels restreints et une équipe municipale souvent composée d’une seule direction générale, le premier magistrat doit faire preuve d’une grande ingéniosité pour concrétiser un environnement attrayant pour les jeunes familles. Et pourtant, tous conviennent que l’avenir de nos municipalités rurales passe par la lutte contre la dévitalisation. 

Devenue mairesse en 2013, Maryse Beauchesne va travailler sans relâche pour que le slogan résonne: «Il faut tout faire pour soutenir le développement des enfants afin qu’ils deviennent des adolescents équilibrés, des adultes capables de développer leur plein potentiel, des citoyens qui façonneront à leur tour notre société», affirme-t-elle. En plus de compter une école, dont la fréquentation augmente et accueille deux classes de maternelle, Chesterville a la chance d’avoir sur son territoire quelques infrastructures récréatives comme le terrain de balle ou la patinoire extérieure. Maryse veut plus pour sa communauté et ses jeunes familles. Alors, armée de sa conviction, elle mobilise des partenaires, notamment la commission scolaire, pour rénover la bibliothèque. Elle lance également le projet d’aménagement du parc municipal où, grâce à des collaborations et à des partenariats, on retrouve des jeux d'eau, un module psychomoteur et une balançoire tandem, de même que des appareils de mise en forme adaptés pour les aînés. Pour réaliser ces projets, Maryse a dû conjuguer avec la capacité d'investissement de sa municipalité et l'acceptabilité citoyenne. 


La mobilisation des parents, primordiale

Nous sommes tous conscients que l’implication des parents dans des projets qui les concernent est primordiale. Dans la réalité municipale, c’est un défi encore plus criant. Maryse croit à son rôle de leader positif: «Bien souvent, c’est le maire qui prend en main les projets. Les parents, dans l’élaboration et la concrétisation des projets, sont difficiles à mobiliser. Mais qui peut les blâmer? Ils sont essoufflés, stressés, fatigués, noyés dans leur quotidien. L’important est d’entendre leurs besoins.» Elle a le sentiment du devoir accompli lorsqu’elle observe, par une belle fin d’après-midi, près de 200 personnes rassemblées dans leur nouveau parc intergénérationnel, et qu’elle y voit les tout-petits découvrir le module psychomoteur et courir à travers les jeux d’eau, sous l’œil attendri de leurs grands-parents jouant à la pétanque à quelques mètres.


Nous, les élus...  

Depuis quelques années, plusieurs élus municipaux expriment publiquement leur volonté d’engagement autour des enjeux de la petite enfance. Cet été, mairesses et maires de Montérégie, entre autres, cosignaient une lettre d’opinion à la suite de la publication du portrait annuel de l’Observatoire des tout-petits. Bien que l’on constate depuis longtemps de nombreux gestes concrets favorisant l’aménagement du territoire et la mise en place de services dédiés à la famille de la part d’élus municipaux comme Maryse Beauchesne, la prise de position publique a un effet mobilisant sur l’ensemble des élus et des appareils municipaux.

Il reste toutefois du travail à accomplir, comme le souligne Maryse: «On parle cependant peu de la petite enfance. Dans notre quotidien de maires et mairesses, c'est souvent moins important que le monde des adultes qui se débat avec des dossiers ''sérieux'' comme la sécurité incendie ou la gestion des matières résiduelles... mais j'y crois! La petite enfance va s'inviter de plus en plus dans nos discussions d'élus!»

Et si, en cette année d’élections municipales, la petite enfance prenait le devant de la scène dans la campagne?

 

EN SAVOIR PLUS SUR LE SUJET

Consultez notre thématique Petite enfance et municipalités!

Commentaires

comments powered by Disqus

Les blogueurs et les blogueuses sont libres de leurs opinions et celles exprimées dans les publications ne prétendent pas refléter les opinions ou les vues d'Avenir d'enfants ou des autres personnes qui contribuent à ce blogue.