Espace de partage pour l’action
concertée en petite enfance

Avenir d'enfants

Blogue

Bienvenue sur le blogue d’Avenir d’enfants. Cet espace de discussion souhaite interpeller, mobiliser et inspirer ceux qui, jour après jour, par leurs actions, contribuent au mieux-être des tout-petits et de leurs familles (intervenants, accompagnateurs, professionnels, gestionnaires, décideurs ou parents-citoyens).

EQDEM 2017: Poursuivons la mobilisation collective en faveur du développement global des tout-petits

Publié par Julie Rocheleau le dans Petite enfance

Shakespeare a dit «Rien n’est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l’on en pense.»

Cette citation s’applique bien aux résultats de la deuxième édition de l’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM). S’il est vrai que le pourcentage de tout-petits du Québec présentant une vulnérabilité lors de l’entrée à l’école s’est accru, passant de 25,6% en 2012 à 27,7% en 2017, et que cette vulnérabilité est croissante dans quatre des cinq sphères de développement[1], il n’en demeure pas moins que la mobilisation autour de la petite enfance, elle, s’est consolidée.

Les données produites dans le cadre de l’EQDEM font réagir. En effet, celles-ci mettent de l’avant que certains enfants sont aussi plus vulnérables que d’autres, soit les garçons (35,0%), les enfants plus jeunes, soit ceux qui avaient 5 ans et 9 mois ou moins au moment de l’Enquête (34,3%) et ceux vivant dans un milieu très défavorisé sur le plan matériel (33,7%) ou social (33,2%).

Que faut-il en penser?


L’EQDEM est un portrait statistique en deux temps, 2012 et 2017, soit un premier pas vers un portrait évolutif. Toutefois, on ne peut pas, d’un point de vue statistique, parler de tendance. Il faudra plusieurs mesures dans le temps pour se prononcer, d’où l’importance de poursuivre des enquêtes populationnelles de cette envergure et de cette qualité.

Précisons également que le mouvement collectif en petite enfance inclut une grande variété d’acteurs qui, ensemble, contribuent au développement global des tout-petits. L’EQDEM n’est donc pas un résultat direct de l’action collective en petite enfance, mais plutôt un portrait des enfants qui entrent en maternelle et dont le développement est affecté par une multitude de facteurs.

Des tout-petits dans un grand écosystème


L’EQDEM présente une partie du portrait – nous devons considérer ces données dans des éléments de contexte plus large: politique, familial, économique, territorial, et j’en passe.

On ne peut faire abstraction du développement global des tout-petits sans s’intéresser à la cellule familiale dans laquelle ils grandissent, ni sans se soucier de la qualité des services qu’ils fréquentent. Améliorer le développement global des tout-petits veut aussi dire mieux soutenir leurs parents et leur offrir des services de qualité. À ce titre, l’initiative Perspective parents (IPP) trace un portrait qui démontre ce besoin qu’ont les parents d’être mieux soutenus dans leur rôle de premier éducateur.

Mentionnons que deux autres enquêtes qui paraîtront dans les prochains mois viendront apporter un éclairage complémentaire aux données de l’EQDEM: l’Enquête québécoise sur le parcours préscolaire des enfants de maternelle 2017 (EQPPEM), qui vise à recueillir, auprès des parents, de l’information sur la famille, sur l’enfant et sur son parcours préscolaire, complétée par l’étude sur le programme en transition scolaire Passe-Partout. Les conclusions de l’EQDEM proposent également d’approfondir l’analyse de certains facteurs sur le développement des tout-petits, notamment l’immigration, la défavorisation et l’exposition croissante aux appareils numériques en bas âge. 

Que conclure?


La mobilisation collective intersectorielle en faveur du développement global des tout-petits doit se poursuivre, voire s’intensifier, et ce, dès la grossesse et tout au long de la petite enfance. Il faut saisir chaque fenêtre d’opportunité pour aider les enfants à développer leur plein potentiel et créer autour d’eux les conditions favorables à ce plein développement. L’EQDEM est donc un signal clair qu’il faut poursuivre notre travail!

  • [1]La proportion d’enfants vulnérables a augmenté dans quatre des cinq domaines de développement entre 2012 et 2017, soit la santé physique et le bien-être (9,5 % c. 10,6 %); les compétences sociales (9,0 % c. 10,2 %); la maturité affective (9,7 % c. 11,5 %); ainsi que le développement cognitif et langagier (10,0 % c. 11,1 %). Seule la sphère sur les habiletés de communication et les connaissances générales ne présente pas de différence significative, passant de 10,8 % en 2012 à 11,1 % en 2017.

Pour en savoir plus sur les résultats de l'EQDEM 2017

Commentaires

comments powered by Disqus

Les blogueurs et les blogueuses sont libres de leurs opinions et celles exprimées dans les publications ne prétendent pas refléter les opinions ou les vues d'Avenir d'enfants ou des autres personnes qui contribuent à ce blogue.