Espace de partage pour l’action
concertée en petite enfance

Avenir d'enfants

Blogue

Bienvenue sur le blogue d’Avenir d’enfants. Cet espace de discussion souhaite interpeller, mobiliser et inspirer ceux qui, jour après jour, par leurs actions, contribuent au mieux-être des tout-petits et de leurs familles (intervenants, accompagnateurs, professionnels, gestionnaires, décideurs ou parents-citoyens).

Jouer dehors à Copenhague: comment la ville encourage le jeu des enfants

Publié par Alexandre Lamarre le dans Petite enfance

Récemment, j’ai eu la chance d’observer comment des villes nord-européennes permettent aux enfants de jouer. En explorant Copenhague, j’ai été frappé de constater à quel point la ville est ludique: les aires de jeux sont multiples et variées, les équipements ont différents styles… Le jeu des enfants est important et on le voit!

Vous êtes surpris? C’est Copenhague après tout. La ville est connue entre autres pour son design, ses cyclistes, son Institut de recherche sur le bonheur et sa qualité de vie en général. Du point de vue des tout-petits et des enfants, la vie en ville ne passe pas inaperçue. J’y ai vu plus d’enfants que d’automobiles – assez contrastant avec la banlieue de Montréal où j’habite. 

Dès notre arrivée, mes deux jeunes garçons se déplacent et expérimentent Copenhague avec aisance. Ce n’est pas conçu comme chez nous et c’est plutôt… inspirant! Imaginez un instant: les Danois vont jusqu’à construire des services de garde du point de vue des enfants. Un vrai village de 710 enfants de tous âges

Attendez, ce n’est pas juste dans ma tête

Copenhague et d’autres villes danoises sont à l’avant-garde internationale pour la création d’espaces de jeux. C’est ce qu’avance Tim Gill, conférencier au Grand rassemblement pour les tout-petits qui s'est déroulé à Québec le 21 novembre dernier.

Gill est un défenseur du jeu libre des enfants. Selon lui, les Danois font confiance à leurs enfants dès leur plus jeune âge pour qu’ils se prennent eux-mêmes en charge. Ils créent des espaces qui alimentent l’intérêt des enfants pour l’aventure, renforcent leur résilience et développent leur autonomie; ils offrent des défis et encouragent la prise de risques. L’eau, les troncs d’arbre, les buttes et le sable sont des éléments communs dans les parcs et reflètent aussi l’amour des Danois pour la nature. 

Jouer dehors à Copenhague

Il y a beaucoup de vie dans les espaces extérieurs; c’est un fait indéniable. Dans les parcs, l’accent est mis sur le jeu libre, les défis et les éléments naturels. Ailleurs, du mobilier ludique ou des marquages offrent du divertissement dans des espaces où l’on ne s’y attend pas. On peut jouer partout dans la ville!

  

Plusieurs aires de jeux dans les parcs sont animées par des employés de la ville. Par animation, je parle d’offrir des expériences aux enfants plutôt que de diriger le jeu. Du petit matériel et des jouets de tous genres sont mis à disposition des enfants. Des trotteurs, tricycles et vélos en libre-service sont disponibles dans des zones aménagées pour rouler avec plaisir. Copenhague, c’est une ville vélo: les enfants doivent apprendre à rouler très tôt.

Toujours dans les parcs, il n’est pas rare de voir des sculptures aux allures enfantines. Certaines ont une fonction bien particulière: aider les jeunes enfants à se départir de leur suce!

Jouer à l’intérieur aussi

Prenez ces lieux québécois et brassez le tout très fort: une bibliothèque, un café bistro, un centre communautaire de loisirs, un centre culturel, un espace de coworking et un centre d’amusement intérieur. Faites dessiner cette «chose» par des architectes en ne faisant aucun compromis sur la fonctionnalité des espaces, l’esthétisme, la luminosité et j’en passe. Saupoudrez le tout de jeu et de plaisir pour tous, sans oublier bien sûr les stationnements pour les vélos. 

Je n’ai pas trouvé la bonne traduction pour ces bâtiments. Un centre communautaire?  Peut-être, ce n’est pas important: ils sont publics, gratuits, pleins de vie et d’activités de loisirs, ouverts 7 jours sur 7.

Se baigner sans piscine

La qualité de l’eau qui traverse et entoure la ville permet la baignade. Des aménagements de qualité sont accessibles gratuitement le long des cours d’eau. Aucune heure de fermeture ou de cadenas sur les portes et accessible l’été comme l’hiver, pour les plus courageux. Autre exemple de la relation des citoyens avec l’eau : un projet pilote d’île flottante qui a vu le jour cet été.  D’autres îles sont prévues en 2019. Une initiative qui démontre bien jusqu’où la conception d’espaces publics peut aller à Copenhague.

Les villes nous façonnent autant que nous les façonnons

Impossible d’écrire sur Copenhague sans citer Jan Gehl. L’architecte et professeur de design urbain souligne l’importance de la vitalité et de l’activité comme attraits d’une ville.  Nous nous rassemblons là où les choses se passent. Nous recherchons spontanément la présence d’autrui. Les gens attirent les gens!

Tout comme Gehl, je crois qu’il faut faire de la ville un lieu de rencontre. Et les espaces pour jouer en sont un excellent exemple!

Commentaires

comments powered by Disqus

Les blogueurs et les blogueuses sont libres de leurs opinions et celles exprimées dans les publications ne prétendent pas refléter les opinions ou les vues d'Avenir d'enfants ou des autres personnes qui contribuent à ce blogue.