Espace de partage pour l’action
concertée en petite enfance

Avenir d'enfants

Blogue

Bienvenue sur le blogue d’Avenir d’enfants. Cet espace de discussion souhaite interpeller, mobiliser et inspirer ceux qui, jour après jour, par leurs actions, contribuent au mieux-être des tout-petits et de leurs familles (intervenants, accompagnateurs, professionnels, gestionnaires, décideurs ou parents-citoyens).

Le bonheur et la tyrannie des écrans

Publié par Sonia Daly le dans Développement global de l'enfant

La semaine de relâche vient de se terminer pour la majorité d’entre nous et, si vous êtes comme moi, vous en avez profité pour explorer un peu les environs. Ce qui implique entre autres des déplacements en voiture plus ou moins longs. C’est pendant un de ces trajets que j’ai eu, pour une énième fois, cet échange avec ma fille :

Fillette: « Maman, tu me donnes ton téléphone, s’il te plaît? »

Moi: « Euh, pourquoi veux-tu mon téléphone? »

Fillette: « Parce que c’est looooooong et que je n’ai rien à faire dans l’auto! » - avec beaucoup de plainte dans la voix.

Moi: « Il me semble que tu as pas mal utilisé mon téléphone ces jours-ci, pourquoi tu ne regardes pas par la fenêtre pour rêver un peu?! Dans mon temps (eh oui, je fais désormais partie de ceux qui disent ça!), y’en avait pas de téléphone et de tablette et on a survécu!»

Fillette: Soupir. Horreur. Découragement.

Puis, après quelques minutes, comme elle a le rêve facile, elle s’est mise à contempler les paysages comme l’ont fait bien d’autres enfants martyrs avant elle.

Cet échange et bien d’autres situations de la vie quotidienne me font beaucoup réfléchir sur la place que les écrans occupent dans nos vies et sur notre relation saine, et parfois un peu moins saine, que nous entretenons avec ceux-ci.

Pas que des effets négatifs!


Loin de moi l’idée de vouloir diaboliser les progrès technologiques auxquels nous assistons depuis notre enfance. Au contraire, je crois que la télévision et les tablettes peuvent être de très bons outils éducatifs pour nous et nos enfants. D’ailleurs, je ne suis pas la seule à le penser: même si elles sont peu nombreuses, quelques recherches ont pu documenter les bénéfices des écrans et, plus particulièrement, des tablettes dans nos vies. Assez pour que certaines autorités, notamment l’Académie française des sciences, nuancent certaines de leurs recommandations[1] par rapport aux écrans. Bien utilisées, la télévision et la tablette peuvent permettre aux parents et aux enfants d’interagir sur des contenus très variés, de découvrir le monde, d’être en lien avec des êtres chers malgré la distance, d’exercer la motricité différemment et même de pratiquer la lecture et l’écriture de façon ludique.

Cela dit, comme pour toutes choses, ce n’est pas parce que ça peut être bénéfique qu’il faut pour autant exagérer. Dans un article datant de mars 2017[2], l’Agence Science-Presse interrogeait Caroline Fitzpatrick, professeure de psychologie à l’Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse, sur sa vision de l’utilisation des écrans avec les enfants. Cette phrase de l’article m’a particulièrement interpellée: « C’est en responsabilisant les enfants envers leur usage des médias qu’on voit le plus d’effets. Il faut considérer le temps d’écran comme le chocolat. C’est bon d’en avoir, mais pas trop. Même s’il s’agit d’un chocolat de haute qualité à 90 % de cacao, il ne faut pas en abuser. »

Des données inquiétantes sur l'utilisation des écrans chez les enfants


Les plus récentes données québécoises sur l’utilisation des écrans chez les enfants sont tout de même inquiétantes. Ainsi, les enfants de 2 ans à 3 ans consommeraient en moyenne 8,82 heures d’écran par semaine alors que les 11 ans  à 17 ans en consommeraient plus de 7 heures par jour[3]. Autrement dit, il semble que les enfants québécois utilisent les écrans en bas âge et que plus ils vieillissent, plus les écrans occupent du temps dans leur vie. Les parents ne sont pas en reste. De plus en plus de recherches sur le stress s’intéressent à ce qu’on désigne comme de « l’attention divisée »[4], soit la possibilité pour les parents de vaquer à des occupations – par exemple consulter son téléphone ou son ordinateur – tout en tentant d’interagir avec les enfants. Il est encore trop tôt pour bien comprendre les conséquences que l’omniprésence des écrans peut avoir dans nos relations avec nos enfants, mais les constats jusqu’à maintenant sont tout de même préoccupants. En effet, une étude californienne menée sur des rats démontre que les bébés rats exposés à une attention divisée répétitive sont moins disposés à jouer et ont moins de comportements liés au plaisir en général.

Faut-il donc interdire les écrans et le chocolat aux enfants? Il semble que non et que l’apprentissage de la modération ait bien « meilleur goût »! Évidemment, cela dépend de l’âge de l’enfant. Plusieurs recommandations sont en vigueur concernant l’utilisation des écrans, notamment celle de ne pas y exposer les enfants de moins de 2 ans[5].

Chose certaine, rien ne remplace le bonheur d’un moment partagé avec ceux qu’on aime. Tout comme le chocolat goûte meilleur quand il est partagé, les écrans sont aussi meilleurs quand ils sont source d’interactions entre les enfants et leurs parents. Le repas familial ne vise pas seulement à combler nos besoins nutritifs: c’est un moment social où nous profitons de la présence des autres. Les écrans sont également un formidable prétexte pour passer un moment de qualité.

Entre-temps, rêver est aussi une source inépuisable de distraction. Et aux dernières nouvelles, ma fille a survécu! Jusqu’au prochain trajet en voiture…

Références

[1] Bach, J.-F., Houdé, O., Léna, P. et Tisseron, S. L’enfant et les écrans –Un Avis de l’Académie des Sciences. [En ligne]. http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/avis0113.pdf (Page consultée le 12 mars 2018)

[2] Agence Science-Presse. Impact des écrans sur les enfants: 4 choses à savoir. [En ligne]. http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/detecteur-rumeurs/2017/03/23/impact-ecrans-enfants-4-choses-savoir (Page consultée le 12 mars 2018)

[3] Institut national de santé publique du Québec. Le temps d’écran, une autre habitude de vie associée à la santé. [En ligne]. https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/2154_temps_ecran_habitudes_vie.pdf (Page consultée le 12 mars 2018)

[4] Lupien, Sonia. 2016. Entrevue radio avec Catherine Perrin. Médium large. Diffusée le 26 janvier. Radio-Canada. http://ici.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2015-2016/chronique.asp?idChronique=395967

[5] Naître et grandir. Les écrans et les jeunes enfants. [En ligne]. https://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/jeux/fiche.aspx?doc=ecrans-jeunes-enfants-television-ordinateur-tablette (Page consultée le 12 mars 2018)

Commentaires

comments powered by Disqus

Les blogueurs et les blogueuses sont libres de leurs opinions et celles exprimées dans les publications ne prétendent pas refléter les opinions ou les vues d'Avenir d'enfants ou des autres personnes qui contribuent à ce blogue.